13e Concours national de jeunes compositeurs de Radio-Canada


Subject: 13e Concours national de jeunes compositeurs de Radio-Canada
From: by way of thibaul@CAM.ORG (lux@CAM.ORG)
Date: Sat Mar 13 1999 - 16:26:55 EST


Monsieur Laurent Major.
La courte lettre qui suit, dont j'espère vous prendrez connaissance,
constitue la réaction d'un auditeur et amateur de musique contemporaine à
certaines particularités du 13e Concours national de jeunes compositeurs de
Radio-Canada, et qui m'ont beaucoup étonnées. Je souhaite que vous
compreniez que ces mots se veulent sans préjudice ni ne constituent une
critique personnelle du travail du comité organisateur. Je m'en voudrais
que mes commentaires puissent être sentis comme autre chose qu'un geste
constructif. Dans le souhait que cette réaction constitue un fond de
réflexion, je prends l'initiative de faire circuler cette lettre. Je veux
donc rendre publique ma réaction. Merci d'avance pour votre intérêt et
compréhension.

-------------------------

Aux organisateurs
13e Concours national de jeunes compositeurs de Radio-Canada

Mesdames, messieurs,

C'est avec une certaine perplexité que je vous fait part de ma réaction
quant à certains détails du déroulement du 13e Concours national de jeunes
compositeurs de Radio-Canada, et de la catégorie Musique électroacoustique
en particulier.

J'étais présent dans l'assistance du concert présentant la catégorie
Musique électroacoustique, mercredi le 10 mars 1999. Cherchant des yeux les
membres du jury, quel fut mon étonnement lorsqu'on me fit remarquer que le
jury ne se trouvait pas au parterre, comme je m'y attendais dans un concert
de ce type, mais au balcon! Quel idée saugrenue que de disposer les membres
d'un jury de musique électroacoustique à l'extérieur du lieu ou se vit
l'expérience sonore! Il est tout à fait possible qu'il y ait des règlements
à ce concours qui exigent la séparation du public et des jurés. Mais
comment ne pas imaginer qu'à un tel endroit c'est une bouillabaisse de sons
qui parviendra aux oreilles de ceux à qui il est demandé de juger les
pièces présentées? Nous ne sommes pas à une partie de hockey: ici les
joueurs (sons) sont invisibles et c'est sur la glace que se vit
l'expérience de la musique, pas dans les loges.

Je crois comprendre que les pièces ont été entendues préalablement par les
jurés avant concert. La diffusion finale, en concert, des pièces
électroacoustiques constituent donc la possibilité d'entendre une dernière
fois ces pièces dans des conditions permettant d'en apprécier la projection
sonore. Il est difficile de croire que les jeunes compositeurs puissent
voir leurs oeuvres jugées complètement d'après une expérience valable dans
les circonstances décrites. J'en suis triste pour eux.

D'autre part, comme auditeur voulant bénéficier de l'expérience musicale en
salle, j'ai été quelque peu rebuté par le coût prohibitif du billet: 25$ le
concert, avant consommations (événement festif oblige), pour un événement
concours national qui cherche à promouvoir la musique de notre temps.
J'avais prévu assister aux deux soirées du concours mais ai dû me raviser.
La deuxième soirée consacrée à la musique instrumentale fut suivie à la
radio, avec comme consolation les commentaires des invités. Ne peut-on
faire de cet événement un événement approchant la gratuité, à l'instar des
Présences de Radio-France, qui en font un grand succès d'audience?

En souhaitant que ces quelques remarques puissent servir à la réflexion
commune et être utilisée constructivement lors du prochain concours.

En toute sincérité,
Luc Beauchemin, amateur de musique contemporaine

-------------------------

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
  Luc Beauchemin Design 4436, rue Rivard
                                Montréal (Québec) H2J 2M9
                                t : +1/514 842.5551
                                f : +1/514 842.1515
============================== =========================



This archive was generated by hypermail 2b27 : Wed Jun 11 2003 - 13:08:53 EDT